Pseudo : - Mot de passe : Inscription

Actualité

Accueil
Updates
Concerts
Forum


Photos

Andrea
Sharon
Caroline
Jim
Groupe


Groupe

Biographies
Albums
DVD


Articles

Divers
Presse
Live
Rencontres


Site

Statistiques
Membres
L'équipe
Liens

Faites un don !

Rechercher

Newsletter

Sunday Independent - Millenium (2 janvier 2000)

  This article is also available in English

Scans:



****

Article:

Andrea Corr et Conor Cruise O’Brien accueillent le nouveau millénaire à Glendalough.

Par Conor Cruise O'Brien


C’est à Glendalough que je rencontrai Andrea Corr que je pris tout de suite en affection. Nous arrivâmes au coucher du soleil, et en conséquence nous dûmes immédiatement commencer la séance photo pour laquelle nous étions venus.

Je n’avais jamais vu Glendalough si splendide, le soleil couchant éclairant ses versants. Mais le froid était saisissant. Andrea, bien que plus légèrement vêtue que moi, ne laissait pourtant apparaître aucun signe d’avoir froid, et cela me ragaillardit.

Quand la séance fut terminée, nous nous repliâmes vers le pub local, où j’eus une conversation avec Andrea. Je la découvris passionnément intéressée par la littérature. Elle évoqua Dostoevsky avec émotion, se disant particulièrement touchée par la compassion qui caractérisait son œuvre.

Andrea est très jeune et je suis très vieux. Durant un instant je me demandai si je devais lui parler du côté sombre de Dostoevsky qui n’était pas moins réel que sa compassion Son enthousiasme me fit comprendre qu’elle pourrait encaisser l’évocation de ce côté de Dostoevsky, sans que cette découverte ne diminue son admiration pour l’artiste. Je lui en parlai donc dans ces termes:

Après l’assassinat en 1881 du Tsar Alexander II qui débarrassa l’Empire Russe de certaines des restrictions concernant les Juifs, leurs persécutions reprirent sous Alexander III, dont le principal organisateur pour le compte du Tsar fut Konstantin Petrovich Pobedonostsev. Son conseiller le plus digne de foi concernant l’application de la politique antisémite, fut Dostoevsky.

Ce que Pobedonostsev préconisait pour résoudre le problème juif était la conversation d’un tiers d’entre eux à l’Orthodoxie, l’émigration d’un autre tiers et enfin l’élimination du dernier tiers. Et cette mesure reçut le soutien enthousiaste de Dostoevsky.

Andrea écouta cette histoire avec beaucoup d’attention et une certaine émotion. Je pense qu’elle ne verra plus jamais Dostoevsky de la même manière, mais l’admiration qu’elle porte à son travail créatif n’en a point été ébranlée. Néanmoins, elle aura toujours à l’esprit ce sombre paradoxe, et en sera fascinée. Je me sentis soulagé par sa réaction et mon admiration à son égard grandit, sentant qu’elle possédait cette force intérieure lui permettant de ne pas être ébranlée par une telle révélation, mais de la mettre comme il se doit en perspective.

Traduction et Scans: GaëlleF

Le 25/08/2006 à 23:32 par GaëlleF

Il y a actuellement 10 connectés.

 

Référence Corrs (2002 - 2011) - Site non offici el - Reproduction interdite - Tous droits réservés