Pseudo : - Mot de passe : Inscription

Actualité

Accueil
Updates
Concerts
Forum


Photos

Andrea
Sharon
Caroline
Jim
Groupe


Groupe

Biographies
Albums
DVD


Articles

Divers
Presse
Live
Rencontres


Site

Statistiques
Membres
L'équipe
Liens

Faites un don !

Rechercher

Newsletter

Marie Claire (Janvier 2002)

Scans:






Traduction:

Nous sommes sacrément gentils ! 

Ils n’insultent pas les photographes, ils n’ont pas besoin de cure de désintoxication. Ces Corrs lisses et proprets sont vraiment incroyables ! Andrea Corr parle à Simon Hattenstone de rivalité fraternelle, du manque de confiance en soi (bien qu’elle ait été élue la femme la plus belle du monde) et nous dit toute la vérité sur ce qui s’est réellement passé avec Robbie.

De loin, elle semble si insignifiante. Toute petite et légère et perdue dans les vêtements chics qu’elle porte pour Marie Claire. ‘Je me sens très belle, très glamour,’ dit Andrea en riant pour se débarrasser de sa gêne. Les stylistes assemblés là sont éberlués. ‘Elle est tellement normale !’ chuchotent-ils. ‘Si normal, si petite, si…’ Le mot a des difficultés à sortir. ‘Si gentille!’ Ils ont l’air déconcerté, presque comme si on les avait volés.
On peut difficilement leur en vouloir. Les Corrs, formés en 1990, sont un phénomène de la pop. Trois magnifiques sœurs et un frère irlandais – le rêve d’un responsable marketing. Ils jouent tous d’un instrument, écrivent leurs propres chansons et possèdent une marque de fabrique unique – des mélodies salutaires et entraînantes, saupoudrées généreusement de sonorité irlandaise et d’un soupçon de mélancolie. Non seulement ont-ils vendu 25 millions d’albums et accédé à la première place des classements dans dix-huit pays, mais le groupe a aussi inspiré un jeu pour les gars au pub : quelle est la fille des Corrs que tu préfères ? Pas facile il faut l’admettre, mais l’année dernière, Andrea, la plus jeune et célèbre Corr, a été élue la femme la plus belle du monde.
Est-ce que ça lui a fait plaisir ? Quelques heures plus tard, assise en retrait avec moi, habillée de noir comme il lui est coutume, elle me confie : ‘Et bien, d’abord, comment qualifier cela ? Qui me voit vraiment ? Vous rencontrez des photographes, vous voyez ?’ suggérant que vous pouvez faire ce que vous voulez avec des photos, ce qui semble un peu fort. ‘La beauté n’est pas seulement physique. Je ne veux pas parler comme Oprah (Winfrey), mais je pense que seules les personnes qui connaissent vraiment quelqu’un peuvent dire qu’il est beau.’
Alors, ça lui a fait plaisir ? ‘Laissez moi vous dire comment je me sentais ce jour là’ annonce t-elle. ‘Nous étions à Milan, en tournée, comme d’habitude, et je me sentais comme de la m*rde.’ Elle dit souvent cela, qu’elle se sent comme de la m*rde, ou fatiguée, en mal du pays, ou peu sûre d’elle. ‘J’arrivais pour faire un essai de son et je me sentais horrible et Henry, notre manager de tournée vient et me dit, ‘Andrea, tu as entendu la nouvelle ?’, je réponds, non quoi ? Alors il me dit ‘Tu as été élue la femme la plus belle du monde’. Je lui demande ‘Mais de quoi tu parles ?’’ Elle concède rapidement que c’est flatteur, avant de remettre cela en contexte : pour un homme amoureux, l’objet de sa passion est toujours la plus belle femme du monde.
Sharon et Caroline étaient-elle jalouses ? Elle se met à rire, comme si c’était la chose la plus idiote qu’elle a entendu depuis des années, puis elle s’explique. ‘C’était mon jour, c’est tout, et en étant la chanteuse, je suis à l’avant de la scène. Il y a beaucoup d’excuses possible pour que ça ait été moi.’
Ce n’est pas comme si ils ne se disputaient jamais. Ce n’est pas que combiner la famille et le travaille ait été une chose facile, mais la jalousie, ce n’est vraiment pas leur truc. Quand Andrea avait quinze ans, Jim, l’aîné, forma les Corrs. Le jour elle allait à l’école, la nuit, elle écrivait et enregistrait des chansons avec ses frère et sœurs dans une chambre transformée en studio de fortune.
Etait-ce plus facile de faire ça en famille ? ‘C’est différent’, dit-elle. ‘Beaucoup de groupes deviennent comme des familles, mais c’est ce que nous étions déjà et nous devions devenir un groupe. Nous avons dû laisser de côté des petites histoires de famille pour pouvoir respirer et être créatifs ensemble.’
Il est difficile d’imaginer ce que cela peut être, après quatre années passées à enregistrer dans une chambre à Dundalk, de signer un gros contrat, d’enregistrer votre premier album à Los Angeles et d’être produits par l’homme qui s’est occupé de Michael Jackson. En fait, selon Andrea, c’était le plus facile. Le plus dur est arrivé quand nous sommes partis sur la route. ‘Pendant les premières années, nous nous disputions beaucoup. Nous sommes très proches, donc des mots échangés entre nous, au sein d’une même famille, peuvent blesser profondément.’ Alors que ses amis allaient à l’université et profitaient de leur toute nouvelle indépendance, elle devint encore plus attachée au cordon ombilical familial.
A contrecœur je lui rappelle cette époque. A-t-elle déjà pensé quitter le groupe ? ‘Pour être honnête, à cause de la situation familiale, je pense que nous n’avions pas d’autre choix que de faire avec. Je ne pouvais pas partir.’ Le lien fort entre eux est la chose même qui causait de la tension. ‘Il y avait beaucoup d’amour entre nous. Je pense que nous passions seulement trop de temps ensemble, trop de travail, trop de fatigue, trop de décalage horaire, trop de choses à faire, jamais un moment pour réfléchir. Tous les matins, vous vous réveillez et vous pensez, ‘Oh mon dieu, ça recommence.’
Andrea s’interrompt, embarrassée. ‘Cela semble vraiment affreux, non ? Tout n’était pas si mal. Mais le premier album fut difficile.’ Ses sourcils dancent et expriment beaucoup de choses. Elle dit que, bien sûr, tellement de choses furent fantastiques, mais qu'en même temps vous perdez cela de vue, parce que le travail était tellement pénible. Parfois, dit-elle, vous avez besoin d’une tierce personne pour vous rappelez que vous êtes chanceux. ‘Vous appréciez plus les choses quand quelqu’un vous montre son point de vue sur le glamour du métier.’
Donc, quand elle était invitée aux MTV Awards ou à un défilé de Versace, elle demandait si elle pouvait inviter sa meilleure amie, qui travaille pour une compagnie d’importation de bananes. ‘Je sais que ce n’est pas vraiment mon truc, mais si j’y amène mon amie, on est toutes excitées : ‘Oh mon dieu ! On va à Versace, on va à l’hôtel !’ On est de nouveau comme des gosses et on se fait une soirée pyjama, sauf que maintenant on a un minibar !’
Andrea parle souvent de façon nostalgique de son enfance. Elle est à la fois mature et enfantine ; vulnérable et énergique. ‘Presque tout ce que je fais, je le fais avec la peur d’échouer,’ révèle t-elle. Comment cette peur s’exprime t-elle ? ‘Je pleure souvent avant de faire les choses. C’est bizarre. Je pleure avant d’écrire des chansons, en me disant qu’elles sont nulles et que je n’y arrive plus.’
Mais selon elle, c’est tellement facile d’oublier que, ‘mon dieu, ce n’est qu’une chanson ou une vidéo après tout.’ De la même façon, si tu veux conserver ta vie privée, il faut s’y atteler. ‘Si vous ne voulez pas vous faire remarquer, n’allez pas dans les restaurants devant lesquels campent des paparazzi.’ Néanmoins, elle affirme que les gens de Dublin où elle vit ne font pas grand cas de sa présence.
La mort de sa mère, deux ans plus tôt, lui a donné une nouvelle perspective sur la vie. Jean Corr, qui, pendant des années, a chanté en duo avec son mari électricien, Gerry, avait seulement 57 ans quand elle succomba à une infection rare des poumons. Le groupe avait atteint un nouveau sommet de popularité avec Talk On Corners, l’album le plus vendu en 1998 au Royaume-Uni. Après la mort de Jean, les Corrs ont continué à travailler.
‘Le meilleur échappatoire à cette tragédie a été de continuer à faire de la musique et ça a aussi été son expression. Pour la première fois, j’ai réalisé que la musique jouait un rôle cathartique. ‘No More Cry’ parle d’elle, elle a été écrite le jour de son anniversaire pour papa. Ça parle de cette douleur, de se rebeller contre elle, de ne pas vouloir la ressentir et de revenir en arrière, ce genre de choses.’
Je lui demande si elle parle toujours à sa mère. ‘Oui’, dit-elle tout doucement. ‘Je dis, « Mammy, permets moi de bien faire ceci ou cela. » Et puis ça me rend triste.’ Elle s’arrête, sa voix étranglée par la peine. Il fait froid quand le studio ; elle enfile son manteau Harrods sur sa robe Gaultier. Ses jambes sont repliées sous elle, son pouce dans la bouche, sa main recouvrant son nez. Elle se recroqueville. Elle dit qu’elle ne devrait pas sucer son pouce à l’âge de 27 ans, mais ça me réconforte. Elle retire son pouce de sa bouche pour me montrer comment il s’est ratatiné. ‘Je pense que quand je prenais de mauvais chemins, ma mère m’a guidée. Elle n’est pas morte, elle est en moi et je crois qu’elle est au ciel. Où que maman soit, c’est un bonheur absolu.'
La mort de sa mère a tout changé, même son attitude vis-à-vis de sa carrière. ‘Ça m’a fait réaliser que je faisais ce que je désirais faire. Avant, je me comportais un peu comme une enfant gâtée en disant que je n’avais jamais choisi de faire ça.’ Elle sent que la mort de Jean les a renforcés en tant que personnes et également en tant que groupe. Ils n’étaient plus satisfaits de cette étiquette pop stéréotypée, des critiques contre leurs gentillettes mélodies aseptisées et leurs violons irlandais. Andrea regrette que, quand les gens parlent des gentils Corrs, ce soit de manière dédaigneuse.
‘La gentillesse suggère un manque de profondeur et de force. Les gens nous disent, ‘vous êtes sacrément gentils !’’ Elle grince des dents chaque fois qu’elle parle durement des choses.
Désormais les Corrs grandissent. Sharon s’est marié récemment, et les deux autres filles sont dans des relations sérieuses. Andrea pense que ça a été quelque chose de libérateur pour eux d’avoir enfin leur vie à mener séparément. ‘Vous êtes meilleurs à ce que vous faites, parce que vous avez une raison de rentrer chez vous, plutôt que de penser, mais qu’est-ce qu’on fait ce soir tous les quatre ?’,dit-elle, dans sa meilleure voix d’automate.
Après des années de fausses rumeurs, il y a désormais un homme dans la vie d’Andrea, Giles Baxendale, le manager de Charlotte Church et de Bush. Elle affirme qu’il est trop tôt pour parler de mariage, mais oui, elle pense que c’est une très belle institution. Est-elle amoureuse ? ‘Ah je ne révèlerai pas ça à Marie Claire,’ s’exclama t-elle, feignant d’être choquée et me réprimandant. ‘Vous voyez, c’est cela, je veux que ma vie personnelle reste privée. Vous voyez ce que je veux dire ? Pourquoi est-ce que mon histoire d’amour serait différente des autres ?’
Alors, les rumeurs qui ont couru sur elle étaient-elles des idioties ? ‘Oui c’était plutôt ça.’ Et Robbie Williams ? [Après les Brits Awards de 1999, Robbie envoya à Andrea 101 roses rouges avec cette question spirituelle, ‘Que dois-je faire pour que tu m’aimes ?’ à laquelle Andrea répondit d’un mot coquin, ‘Divertis-moi’, prétendument accompagné par un cactus piquant. Environ deux mois plus tard, ils furent aperçus se bécotant dans le nightclub ‘Raynards’ à Dublin]. ‘Nous ne sortions pas ensemble, non. Il y avait de la fumée mais pas de feu, je dirais ça comme ça.’ Mais dans la plupart des cas, il n’y avait même pas de fumée. Parfois elle n’avait même jamais rencontré les hommes avec lesquels on lui prêtait des aventures.
Voudrait-elle des enfants ? ‘Absolument, oui. C’est plus important que tout. J’adorerais avoir un bébé, mais pas tout de suite. Peut être dans deux ans.’ Est-ce qu’elle s’imagine dans le futur jeter un regard étonné sur cette époque distante où elle était célèbre ? ‘Oh oui bien sûr’, répondit-elle avant même que la question soit achevée. ‘Même les choses comme notre Best Of me font un peu cet effet. Regarder la pochette, les singles, les dates de sorties. J’anticipe déjà le moment où j’aurais arrêté, et je me baladerais quelque part où personne ne sait qui je suis parce que les enfants de cette époque écouteront quelque chose de nouveau, et je contemplerais cette phase passée de ma vie.’ Et pour le moment, elle semble être délicieusement perdue dans ce rêve lointain.

Traduction et scans: Gaëlle

Le 13/11/2005 à 23:34 par GaëlleF

Il y a actuellement 1 connecté.

 

Référence Corrs (2002 - 2011) - Site non offici el - Reproduction interdite - Tous droits réservés